Anuscopie

Si vous prévoyez ou avez programmé prochainement une anuscopie,
veuillez lire attentivement ce document.

1. Définition

C’est l’examen endoscopique qui permet l’observation de la lumière et de la paroi (muqueuse) du canal anal et de la jonction ano-rectale

Elle se pratique à l’aide d’un tube rigide (anuscope), mesurant 8 cm de long et 15 millimètres de diamètre muni d’un mandrin qui est lubrifié puis progressivement introduit au niveau de l’anus. Une source lumineuse est alors connectée à l’anuscope. Celui-ci est ensuite progressivement retiré. C’est un examen indolore qui dure en moyenne 5 minutes.

La tolérance individuelle à la gêne est toujours bonne : aucun un calmant n’est proposé.

2. Indications

L’anuscopie est un examen de diagnostic (en présence de symptômes), de suivi (de maladies diagnostiquées précédemment), de traitement de certaines maladies et de dépistage de verrues anales (condylomes acuminés) et du cancer du canal anal.

1. Diagnostic

Voici des symptômes qui justifient la réalisation d’une anuscopie :

  • sang dans la toilette / sur la selle / sur le papier, boule à la marge anale/dans le canal anal, gêne / douleur / brûlure / démangeaison anale, écoulements / suintements,…

Voici des maladies qui peuvent être diagnostiquées par l’anuscopie :

  • Hémorroïdes / prolapsus hémorroïdaire, fissure, fistule, abcès, condylomes, cancer du canal anal, prolapsus rectal,…

2. Suivi

Voici des maladies qui justifient un suivi par anuscopie, dans un délai variable :

  • Antécédents personnels de condylomes retirés lors d’une une anuscopie précédente.
  • Antécédents personnels de cancer du canal anal traité.

3. Traitement

  • Traitement instrumental des hémorroïdes (ligature élastique, photocoagulation à l’infra-rouge).
  • Exérèse des condylomes.

4. Dépistage

  • Contact avec un partenaire porteur de condylomes.
  • Partenaires sexuels multiples / HIV+.

3. Contre-indications, complications et limitations

1. Contre-indications

Les contre-indications de l’anuscopie sont très rares car cet examen est peu invasif.

2. Complications

Les complications sont exceptionnelles (fissure, douleur).

Le matériel endoscopique subit une décontamination très rigoureuse après chaque utilisation de façon à éliminer tout risque de contamination.

3. Limitations

L’anuscopie observe la lumière et paroide l’anus et de la jonction ano-rectale. Les anomalies du reste du tube digestif ne sont pas visualisées.

Certaines pathologies hémorroidaires ou condylomes ne peuvent pas être réséqués au cabinet, en raison de leur sévérité. Vous serez alors référé à l’hôpital pour une prise en charge :

  • soit par chirurgie pour une opération visant à retirer les hémorroïdes ou les condylomes sous anesthésie générale après examen et éventuel bilan prescrit par le chirurgien,
  • soit par endoscopie : une seconde anuscopie sera programmée en milieu hospitalier pour exérèse plus étendue par un gastro-entérologue formé à ces techniques (laser) suivie d’une hospitalisation de 1 à 2 jours pour la gestion de la douleur et la surveillance d’ éventuelles complications.

4. Déroulement de l'examen

1. Préparation

Aucune préparation n’est requise pour l’anuscopie.

2. Le jour de l’examen

Vous êtes installé dans une chambre individuelle : un WC attenant à la salle de repos est à votre disposition avant et après l’examen.

Vous vous déshabillez du bas, puis êtes conduit dans la salle d’endoscopie.

Vous êtes installé sur le côté gauche.

Le toucher rectal est pratiqué : il vise à lubrifier et détendre le sphincter anal, ainsi qu’à palper d’éventuelles lésions dans le canal anal.

L’anuscope est introduit par l’anus et progresse jusqu’à la jonction ano-rectale, puis est retiré progressivement.

Si des hémorroïdes internes sont visualisées, elles peuvent être traitées d’emblée, soit par infrarouges (chaleur appliquée localement), soit par ligature élastique (aspiration de l’hémorroïde puis mise en place d’un élastique au collet de celle-ci). Ces deux techniques visent à provoquer une sclérose hémorroïdaire pour en prévenir l’extériorisation ultérieure.

Si des condylomes sont diagnostiqués, l’exérèse peut être réalisée le jour-même également après réalisation d’une anesthésie locale.

3. Après l’examen

Si certains traitements ont été pratiqués, un anti-douleur peut vous être proposé.

il est préférable que les antiagrégants et anticoagulants soient repris après 24 à 48h, ainsi que d’éviter la prise d’aspirine, d’AINS et d’alcool en quantité importante dans les 3 jours qui suivent.

Des petites pertes de sang dans les selles s’observent fréquemment quelques jours après la ligature et sont liées à la chute de l’escarre .

Si dans les jours qui suivent la réalisation de ces traitements, vous présentez du sang dans les selles en quantité importante, de la fièvre ou des frissons, veuillez me contacter le plus rapidement possible via mon secrétariat et/ou par mail. En cas d’absence ou d’indisponibilité, présentez-vous au service des urgences de votre choix.

Le résultat de l’examen endoscopique vous est expliqué le jour-même oralement, remis par compte-rendu imprimé et envoyé par mail. Un traitement peut être prescrit.

Le résultat des éventuels prélèvements vous est envoyé 10 jours après l’examen par mail avec un commentaire explicatif, le protocole original vous est envoyé par courrier postal. Votre médecin traitant reçoit les résultats endoscopiques et histologiques, si vous le souhaitez.

anuscopie
Top